CHEMIN PORTUGAIS 12 VILA DO BISPO CARRAPATEIRA

Chemin Portugais de Vila do Bispo à Carrapateira

Vila do Bispo – Très Casas – Pena Furada – Praia do Mirouço – Praia da Murraçao – Praia do Amado – Carrapateira

Lorsque cette route atteint la côte, en rejoignant la route qui mène au port de pêche (Porto de Pesca do Forno), il vaut la peine de voir le village islamique de Ponta do Castelo. Daté du 12ème au 13ème siècle, le village comptait au moins 15 habitations, une terrasse sèche pour le poisson et trois fours pour cuire le pain, et n’aurait été utilisé que pendant les saisons plus douces de l’année. Il est situé dans un endroit tellement exposé au vent et à l’humidité de la mer, qu’il a également été suggéré qu’il avait été une sorte d’observatoire, peut-être pour la chasse à la baleine. Les baleines étaient autrefois abondantes en Algarve, avec des enregistrements de chasse jusqu’au 14ème siècle au moins. Dans les fouilles archéologiques de cette ville, ils ont trouvé des restes de céramique, des hameçons, des harpons, des poids de filet de pêche et des vestiges de la faune marine, y compris un os de baleine.

Le grand plateau qui mène le randonneur à Vila do Bispo contient des ravins profonds, creusés dans le schiste par les lignes de flottaison. L’un d’eux, Barranco da Pena Furada, se jette dans une belle petite plage du même nom. La plage est une petite crique de sable orientée nord-ouest, dont les rochers tiennent des formes intéressantes faites par l’érosion marine.

L’abondance naturelle du gibier, des poissons et des mollusques et crustacés a attiré des populations humaines sur ce littoral depuis la préhistoire. Au sud de Barrando da Pena Furada, le sentier traverse une station archéologique, actuellement sans traces de surface, mais où des artefacts en pierre appartenant au Paléolithique ont été trouvés. Les artefacts montraient des signes de camps temporaires qui ont été mis en place pendant les saisons plus douces et plus tempérées.

Au printemps, imprégnez-vous des senteurs, observez le festin des insectes pollinisateurs et surveillez les plantes rares et endémiques de cette côte: Biscutella vicentina, Diplotaxis vicentina, Hyacinthoides vicentina, Herniaria algarvica, Cistus palhinhae, Teucrium vicentinum, Thymus camphoratusetLinaria algarviana.

Dans les ravins, il est fréquent d’entendre le rossignol commun (Luscinia megarhynchos) et la paruline de Cetti (Cettia cetti). La cigogne blanche (Ciconia ciconia), le choucas de l’Ouest (Corvus monedula), la colombe des rochers (Columba livia) et le rougequeue noir (Phoenicurus ochruros) nichent sur les falaises. Sur le plateau, il y a des perdrix (Alectoris rufa), du faucon crécerelle (Falco tinnunculus), du linnet commun (Carduelis canabina) et de la pie-grièche grise ibérique (Lanius meridionalis).

15,4 km