CHEMIN PORTUGAIS 24 RONCAO GRANDOLA

Chemin portugais de Roncao à Grandola

Nous avons fui vers la route nationale N120, en regardant, sur la droite, un passage sous l’autoroute IC33, dans une rue latérale qui nous mènera au village de Cruz de João Mendes. Nous traversons le centre du village et cherchons la sortie par la large rue macadame de la Rua da Eira, qui accompagne les travaux inachevés d’une autoroute. De cette place, nous sommes partis 2,5 km plus loin, dévié vers la gauche à l’intérieur d’un tunnel en béton abandonné là, infiltrant le cœur de la chaîne de montagnes grândola à l’intérieur.

Nous marchons isolés au milieu de la nature, parmi la végétation dense et là où la zone humide domine, bien qu’il devienne évident le véritable génocide qui atteint cet arbre emblématique. Avec une attention accrue à la signalisation, pour ne pas se perdre, nous finissons par atteindre une colline qui, plus loin, à l’intersection avec le train, est identifiée par une tablette comme étant le Cut Esporão. Nous irons à gauche, à travers la route, jusqu’à ce que nous trouvions la route N120, qui ici « nous ramasse » à nouveau. Plusieurs tablettes indiquent les directions des itinéraires pédestres et le GR11-E9, mais c’est l’atelier de l’artisan serrurier Frank Peters, juste en face, qui attire notre attention.

Avec le sac à dos le plus lourd de quelques pièces de fer, nous sommes rentrés brièvement dans la N120 jusqu’à l’entrée du village de Santa Maria da Serra. Nous avons cherché à déjeuner et, pour « desmoer », nous avons visité le village, en commençant par le musée de la maison Manuel Chainho, puis l’église de Santa Margarida da Serra, la cible de rénovations au 20ème siècle, mais que déjà en 1513, il a été dit que « il était très endommagé et de telle manière il n’était pas censé dire la messe dedans ». A côté de l’église, nous montons l’escalier du belvédère, qui nous offre une vue magnifique sur le village et les montagnes.

A côté du café Triunfo, nous suivons la route qui donne accès à plusieurs fermes et à un tourisme rural au km 2, mais c’est encore un kilomètre plus loin, juste en face d’une colline habitée, que nous devons faire attention à infletir à droite, sur une route en pente, avec un mauvais plancher, au milieu d’une végétation dense, en suivant la vallée formée par la ligne de flottaison.

Nous sommes à nouveau pris dans le paysage bucolique de la chaîne de montagnes Grândola et, après de nombreuses courbes et contre-courbes, nous arrivons au sanctuaire de Notre-Dame de Penha de France, au sommet d’une élévation. Nous rejetons la route qui y accède et nous descendons le sentier, sur la gauche, qui nous mène à la vallée de la rivière de Grândola, que nous suivons jusqu’à ce que la N120 nous barre le passage. Nous avons remonté le passage piéton aérien pour gagner LE IC1 et nous entrons dans Grândola, d’abord par la Rua das Pontes puis par la rue Vasco da Gama, jusqu’à la place où se trouve l’Office de Tourisme.

24 km