Chemin de Compostelle de Pampelune à Puente-la-Reina

Soixante-Quinzième journée : de Pampelune à Puente la Reina.

Nous sortons de Pampelune en direction de Cizur Minor. Nous montons vers Guendulàin et Zariquiegui et passons sous les éoliennes de la Sierra del Perdon, barrière naturelle entre le bassin de Pampelune et Valdizarbe. Nous prenons des photos à côté de l’œuvre originale de l’artiste Vicente Galbete, montrant une caravane de pèlerins de différentes époques représentant l’évolution du Chemin à travers son histoire. Nous redescendons vers Uterga. Nous traversons Muruzabal. Nous atteignons Obanos où le chemin d’Arles (via Tolosona  – via Aragones en Espagne) rejoint les autres voies françaises (voie de Tours, de Vézelay et du Puy réunies depuis la croix de Gibraltar Camino sous le nom de Camino Navarro) pour faire le Camino Francès (Chemin des Français). Construite en 1912 et restaurée en 2007, l’église San Juan Bautista a remplacé une ancienne construction gothique. Du gothique, elle conserve, entre autres éléments, les couvertures du XIVe siècle, la tour, la fonte baptismale et les sculptures du retable du XVIIe siècle. Dans la sacristie il y a une sculpture romane de la Vierge d’Arnotegui. Nous arrivons à Puente la Reina. C’est l’un des meilleurs exemples de localités qui se sont développés autour de l’activité du chemin de Saint-Jacques, avec une Calle Mayor où se succèdent les infrastructures pour accueillir les pèlerins et faciliter leur passage. La plus remarquable, devenue une image emblématique du Chemin, est l’imposant pont roman qui a donné son nom à la ville. Nous contemplons la beauté des berges et pansons aux innombrables générations de pèlerins venus des quatre coins du monde qui l’ont traversé. La Calle Mayor présente de belles demeures seigneuriales et les belenas (étroites ruelles médiévales) qui permettent le lien avec les rues secondaires parallèles. La Calle Mayor donne sur une coquette place rectangulaire (jadis Plaza Mayor aujourd’hui Julian Mena). L’église de Santiago présente une statue polychrome de Saint Jacques, surnommé ici le « Beltza » (noir en basque) en raison de sa couleur de peau ! L’église du Crucifix fut édifiée par l’ordre des Templiers au XIIe siècle, elle est connue pour son impressionnant Christ en bois, dont la croix est ici en forme peu commune de Y.

CS36 De Pamplona à Puente la Reina (Photos de l’étape)

24,4 km

Altitude mini 346 m, Altitude maxi 751 m

Ascension cumulée 448 m, Descente cumulée 561 m

28,9 km effort