CHEMIN PORTUGAIS 14 ARRIFANA ALJEZUR

Chemin Portugais de Arrifana à Aljezur

Arrifana – Ponta da Atalaia – Monte Clerigo – Praia da Amoreira – Aljezur

Sur l’étroit sentier pédestre qui longe la côte, il est intéressant d’observer de près la flore dunaire qui comprend des arbustes aromatiques (thym, immortelle, romarin, myrte et lavande papillon), des plantes médicinales et comestibles (telles qu’asperge sauvage, ciste crispé, iris, camarine et genêt carqueja) et endémiques et rares (comme les Cistus palhinhae, Thymus camphoratus ou Linaria ficalhoana).

La nature, sur cette côte, a de tous temps fourni d’abondantes ressources à ses habitants : il n’est donc pas étonnant de trouver des vestiges humains dont certains remontent à la préhistoire. La longue liste des occupants de cette région comprend des Phéniciens, Carthaginois, Romains et Arabes. Ce parcours passe par le ribat d’Arrifana, à la fois forteresse et couvent islamiques, occupé par des moines guerriers au XIIe siècle. C’est le seul ribat connu au Portugal et il est classé monument national. Il fut fondé par Ibn Qasî, chef politique et guide spirituel du soufisme, une tendance spirituelle et mystique de l’islam. Ce fut un couvent-forteresse, dédié à la prière et à la surveillance de la côte.

Le pouce-pied constitue, aujourd’hui encore, l’une des ressources majeures de cette côte. C’est un élément incontournable de la gastronomie locale pour tout visiteur de la côte sud-ouest (sauf de septembre à décembre, époque de fermeture de sa pêche). La côte rocheuse battue par les vagues fournit à cette espèce le type d’habitat dont elle a besoin. Ces crustacés occupent la partie des rochers découverte à marée basse, là où les vagues éclatent avec le plus d’intensité lors des marées vives, si bien qu’être percebeiro, c’est-à-dire pêcheur de pouces-pieds, implique de prendre de grands risques.

17 km