Chemin de Compostelle de Molsheim au Mont-Sainte-Odile.

Seconde journée : de Molsheim à Mont-Sainte-Odile.

Nous quittons Molsheim et traversons la Bruche en direction de Dorlisheim. Le château Saint-Jean situé sur la commune est le siège du constructeur automobile Bugatti. Le manoir est érigé en 1857 par la famille Wangen de Geroldseck à l’emplacement d’une ancienne commanderie du XIII siècle de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Acheté avec son parc de 6 ha en 1928 par Ettore Bugatti, le château sert de cadre à la présentation des voitures de luxe, aux réceptions et à l’accueil des clients. Les pavillons de chasse datent respectivement de 1766 et de 1853. Nous prenons la direction des vignes du Fuchsberg, montons au Moselgass et redescendons sur Rosheim. La petite ville est riche d’un passé et d’un patrimoine exceptionnels qui lui ont valu le surnom de « cité romane ». Deux lignes d’enceinte protègent la ville. Le rempart intérieur est daté du XIIIe siècle environ et enceint la Mittelstadt, bien qu’inclus dans les constructions modernes ou partiellement détruit, reste visible en plusieurs endroits, en particulier dans la rue de la Marne. Le rempart extérieur est daté du XIVe siècle. L’enceinte était flanquée de huit tours circulaires ou semi-circulaires plus les trois portes carrées. Les sections ouest et nord du rempart ont disparu. L’église paroissiale Saints-Pierre-et-Paul a été construite au XIIe siècle. Le chemin nous amène par les vergers de Waltenhausen au village de Boersch. Nous passons Saint-Léonard et arrivons à Ottrott. Nous prenons le sentier des pèlerins qui monte dans la forêt domaniale de Saint-Nabor à Stollhafen, puis au sanctuaire du Mont-Sainte-Odile. Le mont Sainte-Odile culmine à 767 mètres d’altitude. Il est surmonté par l’abbaye de Hohenbourg, couvent qui surplombe la plaine d’Alsace, fondé par sainte Odile, patronne de l’Alsace, fille du duc d’Etichon en 738. Haut lieu de la culture alsacienne, ce couvent est un site de pèlerinage très fréquenté (1 300 000 visiteurs par an). Par temps clair, la vue s’étend jusqu’à la Forêt-Noire. Il s’y trouve aussi les vestiges d’une muraille ancienne, le « mur païen », enceinte d’une longueur totale de onze kilomètres faisant le tour du plateau du mont Sainte-Odile. Formé d’environ 300 000 blocs cyclopéens, il fait entre 1,60 m et 1,80 m de large et peut atteindre trois mètres de hauteur.

SC02 de Molsheim au MontSaintOdile (Photos de l’étape)

16,8 km

Altitude mini 177 m, Altitude maxi 750 m

Ascencion cumulée 685 m, Descente cumulée 112 m

23,7 km effort.