Chemin de Compostelle du Sauvage à Aumont-Aubrac

Quarante-Troisième journée : du Sauvage à Aumont-Aubrac.

Nous quittons Le Sauvage. Nous traversons la Narce de l’Hospitalet et la Motte Longue avant d’atteindre la fontaine et la chapelle Saint Roch, frontière entre Haute-Loire et Lozère. Nous descendons vers la Besseyre, traversons le ruisseau de Gazamas avant le Bois de la Vernède. Nous traversons le hameau du Rouget et atteignons Saint-Alban sur Limagnole. Saint-Alban fut d’abord une forteresse féodale, construite en 1245 et que les Anglais occupèrent en 1364. Au Moyen Âge, c’était une des douze seigneuries du Gévaudan. Au XVIe siècle, les Calvisson construisirent près de la forteresse un vaste château en quadrilatère irrégulier, flanqué aux quatre angles de tours massives et inégales. Un fossé entourait l’enceinte, que franchissait un pont-levis. En 1764, un animal mangeur d’hommes attaque les femmes et les enfants; d’abord aux alentours de la forêt de Mercoire puis jusqu’à Auvers. De nombreux soldats, troupes royales et chasseurs distingués sont mobilisés. Les saisons se succèdent et la liste des morts s’allonge (on parle d’une centaine de morts). La rumeur évoque une hyène échappée d’un cirque, un loup-garou, voir d’un châtiment divin. Le château de Saint-Alban devient l’un des points de ralliement pour organiser les battues visant à éliminer la Bête du Gevaudan. Jean-François-Charles de Molette, comte de Morangiès s’allie avec le syndic du diocèse de Mende (Étienne Lafont) pour commander les chasses, et se rend au chevet des blessés. Finalement, la Bête est tuée trois ans plus tard, en 1767, par le paysan Jean Chastel de La Besseyre-Saint-Mary. Nous remontons vers la croix de Grazières Mages et passons la Limagnole. Nous remontons aux Chabannes Planes et suivons le chemin de crête jusqu’au Ronc de la Garde avant de redescendre sur les Estrets. Nous traversons la Tuyère et remontons sur Bigose. Nous entrons dans la commune de Peyre en Aubrac et arrivons au centre du village de Aumont-Aubrac. Le bourg, autrefois fortifié, conserve des maisons des XVIe et XVIIe siècles, façades de pierre de taille, aux rez-de-chaussée voûtés s’ouvrant en arceaux. L’église Saint-Étienne est un ancien prieuré bénédictin, remontant à 1061, attesté en 1123, au cœur de la baronnie de Peyre.

CS04 du Sauvage à Aumont Aubrac (Photos de l’étape)

28 km

Altitude mini 918 m, Altitude maxi 1330 m

Ascension cumulée 520 m, descente cumulée 765 m

33,3 km effort