Chemin de Compostelle de Arzacq-Arraziguet à Arthez-de-Béarn

Soixante-Septième journée : de Arzacq-Arraziguet à Arthez-en-Béarn.

Nous quittons Arzacq par la rue Saint-Jacques, contournons le lac artificiel, nous franchissant le Luy de France au Moulin avant de rejoindre Louvigny. L’église actuelle Saint-Martin date du milieu du XXe siècle. Nous passons le hameau de Lou Castet, ancienne motte féodale, siège de la vicomté de Louvigny, qui a subsisté jusqu’à la fin de l’Ancien régime. Nous redescendons sur le carrefour de Moundy. Nous prenons le chemin de crête dit de Pradebignes et atteignons Fichous-Riumayou. L’église Saint-Girons date des XIIe, XVe et XIXe siècles. Elle recèle un tableau (Christ en croix entre la Vierge et saint Jean). Nous arrivons à Larreule. L’église Saint-Pierre est le seul reste de l’ancienne abbaye de bénédictins du XIIe siècle. Nous passons le Luy de Béarn et rejoignons le village de Uzan. Uzan est à l’origine une bastide fondée par les moines de l’abbaye de Larreule à la fin du xe siècle. L’église Sainte-Quitterie (Senta Quitèira) fut construite au XIIe siècle et a fait l’objet de profonds remaniements aux XIXe et au XXe siècles. On y trouve deux autels inventoriés par le ministère de la Culture ainsi qu’une stèle discoïdale du XVIIIe siècle. Nous traversons Géus d’Arzacq. L’église Notre-Dame date de 1709. Nous arrivons à Pomps. L’église Saint-Jacques-le-Majeur date du XIXe siècle.  Nous passons l’Aubin et arrivons au village de Castillon. Nous repassons l’Aubin pour rejoindre la chapelle de Caubin. Issue de la commanderie de Caubin, elle arbore un chevet semi-circulaire, avec mur-fronton en vigie et un toit plat comme une passerelle. La chapelle est classée au titre des monuments historiques. Elle recèle un monument funéraire présumé de Guilhem Arnaud (baron d’Andoins mort en 1301), classé à titre d’objet et datant du début du XIVe siècle. Nous finissons par la montée sur Arthez-de-Béarn. La ville se développa autour du couvent des Augustins. Arthez-de-Béarn était une place forte au Moyen Âge (on peut encore voir les traces des remparts, surplombés par la place de l’église). Le village faisait partie du réseau de fortifications du Béarn (voir Gaston Fébus). Les Guerres de Religion firent disparaître les églises de Notre-Dame et de la Trinité, le temple protestant lui-même n’est qu’un souvenir.

CS28 de Arzacq Arrazguet à Arthez de Bearn (Photos de l’étape)

28,6 km

Altitude mini 102 m, altitude maxi 247 m

Ascension cumulée 501 m, descente cumulée 528 m

33,6 km effort