Chemin de Compostelle de Santo Domingo della Calzada à Belorado

Quatre-vingt et unième journée : de Santo Domingo de la Calzada à Belorado.

Nous quittons Santo Domingo de la Calzada, nous traversons le Rio Oja en direction de Grañon. Les origines connues de Grañón remontent à la construction du château, à la fin du IXe siècle, par le roi de Castille Alphonse III, sur une colline situé au Nord-ouest de ville, connue aussi comme Mirabel. Grañón a été entouré de murailles, dont il ne reste aucun vestige actuellement. Au fur et à mesure qu’a été consolidé le nouveau centre urbain, le château a perdu de l’importance ; la ville a évolué et sa population a augmenté, depuis ce noyau initial apparu au XIIe siècle. La cité a perdu ses hôpitaux et ses murailles, mais garde sa forme de bastide : le pourtour ovoïde de l’enceinte disparue est toujours cloisonné par trois grandes rues est-ouest, et deux courtes rues nord-sud. La calle Mayor (grand rue) centrale garde quelques vestiges anciens. Deux kilomètres plus loin, nous entrons en Castille et Léon et quittons la Rioja. Nous continuons vers Redecilla del Camino (L’église de Nuestra Señora del Camino et son fond baptismal du XIIe richement orné),et Castildelgado (L’église San Pedro a également de remarquables fonds baptismaux). Nous traversons Vilora de Rioja, C’est un très modeste village, largement ruiné, mais avec une architecture surprenante au premier abord, car les maisons sont à pans de bois à remplage de torchis alors qu’on ne voit pas un seul arbre à l’horizon. La tradition selon laquelle tout le pays fut boisé de chênes avant les mises en cultures intensives, aidées peut-être d’une mutation climatique, n’est pas une légende. Nous atteignons Villamayor del Rio. Le village est connu pour « Le Village de trois mensonges », car il n’est ni Villa, ni majeur, ni Rio. Nous arrivons à Belorado. Les principaux monuments de la ville sont : L’Église de Santa Maria ; l’Église de San Pedro, du XVIIe siècle ; L’Ermitage de Notre-Dame de Bethléem, vestige unique de l’ancien hôpital des Pèlerins, reconstruit au 18ème siècle ; Le Couvent de Notre-Dame de Bretonera, du XVIe siècle, habité par les religieuses clarisses ; La Plaza Mayor ; Les Vestiges de l’ancien château, qui était une forteresse importante à proximité de la Navarre. Belorado est le Belforatus, le « bien percé » dans le Guide du Pèlerin (Codex Calixtinus) écrit au XIIe par Aimery Picaud.

CS42 de Santo Domingo de la Calzada à Belorado (Photos de l’étape)

22,4 km

Altitude mini 630 m, altitude maxi 821 m

Ascension cumulée 343 m, descente cumulée 212 m

25,8 km effort