Saint-Pol – Paris par les chemins de Pèlerinage (Troisième partie – Chemin du Mont Saint Michel, du Mont-Saint-Michel à Alençon)

Trente-et-unième Journée du Mont-Saint-Michel à Avranches

De la Caserne, nous longeons le chemin côtier face aux Herbus du Mont-Sain-Michel. Nous suivons la clôture érigée au pied de la digue qui ceint le polder de Saint-Avit. Nous arrivons au Rivage de Huisnes-sur-Mer. Nous continuons le long de la côte des Bas-Courtils jusqu’à la pointe de la Roche Morin. Nous entrons dans l’estuaire de la Sélune et traversons les polders Saint-Michel vers le Marais, et prenons la petite route qui mène à Flagé. A travers l’herbu, un sentier nous mène jusqu’au pont de Pontaubault. Avec ses quinze arches, il est un des principaux points de passage entre la Normandie et la Bretagne. Son origine se perd dans la légende et on croyait jadis qu’il avait été construit par des esprits surnaturels. Il fut un enjeu stratégique en août 1944 lors de l’offensive du général Patton.

Nous prenons le sentier côtier de l’autre côté de l’estuaire de la Sélune en direction du moulin de Flaget et de la Maraîcherie. Le Gué de l’Epine, aussi appelé l’Hôpital en raison de l’établissement charitable fondé en 1479 pour héberger les pèlerins qui devait attendre la marée basse avant de traverser les grèves est aujourd’hui une bergerie.

A Bouillé, nous passons dans l’estuaire de la Sée, et continuons le sentier littoral jusqu’à la gare d’Avranches en passant par Mirey et La Roche.

L’arrivée sur Avranches se fait par une rampe très pentue : la rue étroite du Tertre-de-la-Gare. Les monuments de l’époque gallo-romaine n’existent plus et l’imposante cathédrale Saint-André a disparu au lendemain de la Révolution, mais la ville, campée sur son oppidum antique, conserve beaucoup de caractère. Ses rues médiévales où abondent les demeures anciennes permettent de belles découvertes au hasard d’une promenade dans la vieille ville.

RP31 du Mont Saint Michel à Avranches (Photos de l’étape)