aint-Pol – Paris par les chemins de Pèlerinage (Quatrième partie – Chemin du Mont Saint Michel, de Paris à Alençon)

Quarante-sixième Journée de Illiers-Combray à La Taye

Illiers-Combray est une petite commune, composée d’un bourg central et de nombreux hameaux à l’aspect encore très rural et n’ayant pas subi de fortes fluctuations dans sa démographie. Son territoire est située entre la plaine de la Beauce et les collines du Perche, d’où le nom choisi pour qualifier la communauté de communes dont elle est le siège, nommée « communauté de communes Entre Beauce et Perche »

L’église Saint Jacques construite après la guerre de Cent ans (XVe) présente une magnifique voute peinte.

La Maison de Tante Léonie, où Proust y passa ses vacances d’enfance entre 1877 et 1880. Ce lieu est une source d’inspiration majeure de son œuvre « À la recherche du temps perdu ». La maison et le jardin sont classés au titre des monuments historiques depuis 1961.

Nous suivons la vallée du Loir, jusqu’aux « Perruches », puis traversons différentes fermes des communes de Magny (le bois des Noues, Mousseaux) ; Sandarville (Harville) ; Bailleau le Pin (Hauville) et Nogent-sur-Eure (Trizay, Mont les Tertres). Par le chemin des étangs nous rejoignons la gare de La Taye.

En janvier 1939, Jean Moulin est nommé préfet d’Eure-et-Loir à Chartres. Il est arrêté le 17 juin 1940 par les Allemands parce qu’il refuse de signer un protocole rédigé par trois officiers allemands, reconnaissant faussement qu’une troupe de tirailleurs sénégalais de l’Armée française a commis de prétendues atrocités envers des civils à La Taye, un hameau de Saint-Georges-sur-Eure, en réalité victimes de bombardements allemands. Frappé à coups de poing et enfermé pour refus de complicité avec les Allemands, il tente de se suicider en se tranchant la gorge avec un débris de verre. Il évite la mort de peu et conserve ensuite une cicatrice qu’il cache sous un foulard.

RP46 Illers-Combray (Photos de l’Etape)